Foie gras aux framboises sur lit de mâche

Créé par le 11 mar 2007 | Dans : salades

Ça fleure bon le printemps! Pourvu que cela dure! Quelle journée magnifique, il fallait en profiter au maximum. Alors on la terminera en beauté, tout en légèreté. Petit clin d’oeil à Mamina: j’avais justement craqué sur des framboises au marché ;-)

Foie gras aux framboises sur lit de mâche

foiegras42.jpg

Ingrédients pour deux personnes:

  • une tranche de foie gras d’oie par personne

  • framboises (à volonté!)

  • mâche (selon l’appétit)

  • 1 càs de pistaches

  • 1 càs de pignons

  • 4 càs d’huile de noisette

  • 2 càs de vinaigre de mûres « boréales » (Hjortronvinäger, spécialité suédoise)

  • poivre de sechuan

  • fleur de sel

  • croquants aux pistaches

  1. Préparer une vinaigrette avec l’huile de noisette, le Hjortronvinäger, de la fleur de sel et du poivre de sechouan. Y faire macérer les pignons et les pistaches.

  2. Préparer un petit coulis de framboises  (en conserver des entières pour la salade), assaisonner de fleur de sel et d’un peu de poivre long.

  3. Aujourd’hui, c’était grand soleil…alors foie gras en rayons!

  4. Après avoir bien égoutter la mâche, la dresser sur les assiettes et l’assaisonner avec la vinaigrette. Déposer deux bonnes càs de coulis et faire rayonner les lamelles de foie gras.

  5. Servir accompagné de petits croquants aux pistaches et d’un vin blanc moelleux mais pas trop (dans la réserve de Mamour, se morfondait un Kabinett-nahe).

foie2.jpg

Bon Appétit!

Bouchées d’endive safranée aux oeufs

Créé par le 11 mar 2007 | Dans : Amuse-Bouches

Ca y est! C’est le printemps! Travaux de jardinage tout le week-end ce qui n’empêche en rien un petit apéritif! Cela serait bien mérité non?

Une petite bouchée apéritive simple mais riche en saveurs…aux couleurs du printemps.

Bouchées d’endive safranée aux oeufs

apro6.jpg

Ingrédients pour 10 bouchées:

  • 0.5 dl vin blanc sec

  • 1.5 dl crème fraîche

  • sel, poivre, safran

  • 2 gros oeufs

  • 2 càs de lait

  • 20 feuilles d’endive

  • sésame grillé

  • 2càc vinaigre de riz

  • 2càc sauce soja

  • 2càc miel liquide

  1. Blanchir les feuilles d’endive et les égoutter.
  2. Préparer la marinade: mélanger le vinaigre de riz, la sauce soja et le miel. Recouvrir les feuilles d’endives avec ce mélange et laisser mariner.
  3. Pendant ce temps, préparer la sauce en menant lentement à ébullition le vin, la crème fraîche, sel, poivre et safran. Conserver au chaud.
  4. Battre l’oeuf dans le lait, saler, poiver. Cuire les oeufs brouillés.
  5. Disposer 2 feuilles d’endives en croix et déposer au centre un peu d’oeuf brouillé. Refermer le petit paquet. Déposer dans le fond de la coupelle de la sauce au safran et garnir de graines de sésame.

Simple et efficace pour faire patienter les estomacs affamés par les travaux en plein air!

A tous et toutes un très très bon dimanche.

apro6.jpg

 

vite fait!, les scampis à la grappa…

Créé par le 08 mar 2007 | Dans : coquillages et crustacés

Bonjour!

Aujourd’hui, longue journée: cours jusque 12h00; juste le temps de rejoindre mes pénates, de préparer une leçon, de faire un petit tour sur les blogs, de préparer un repas vite fait bien fait; repartir pour donner cours de 18h00 à 21h00…

Pas le temps de vraiment mettre les petits plats dans les grands… ni les grands dans les petits d’ailleurs! Il me reste justement des scampis au congélateur, alors vite fait…en espérant que ce soit aussi bien fait ;-) !

Scampis à la Grappa

scampigrappa2.jpg

 

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 20 scampis

  • 3 gousses d’ail

  • 1 petite boîte de concentré de tomates (:-( pas le temps de faire un coulis de tomate maison!)

  • 2 dl de crème culinaire allégée

  • 1 oignon rouge

  • sel, poivre cubèbe

  • roquette, quelques pignons et pistaches, sel noir Hawaïen pour la garniture

  • mélange de riz basmati et de riz sauvage canadien (« Vermont » Wild Rice Canadian Lake)pour l’accompagnement

  1. Éplucher et émincer l’ail. Faire revenir les scampis dans de l’huile d’olive avec l’ail.
  2. Quand les scampis sont cuits, les égoutter et récuperer le jus de cuisson.  Les peler et remettre cuire à grand feu les carapaces et le jus de cuisson.; Passer au chinois.
  3. Faire fondre l’oignon rouge très finement émincé dans une càc d’huile d’olive. Ajouter le jus de cuisson des scampis et le concentré de tomates.
  4. Assaisonner de sel et poivre (un peu) ainsi que quelques baies de cubèbe … j’adore la saveur de ces baies… Laisser mijoter quelques minutes à feu doux .
  5. Remettre les scampis dans la casserole avec le jus filtré.A ajouter le verre de Grappa. Mélangez soigneusement et flamber.
  6. Ajouter le concentré de tomates et la crème.

Garnir les assiettes de feuilles de roquette, de quelques pistaches et pignons assaisonnés de quelques gouttes d’huile d’argan et de sel noir hawaien (pour le fun) et servir accompagné d’une petite timbale de riz.

Bon appétit!

ps: je n’ai pas pu m’empêcher de goûter l’huile d’argan qu’une de mes apprenantes m’a rapportée du Maroc aujourd’hui même…un véritable petit bonheur…

scampigrappa1.jpg

Parfait à la vanille et sa compote de griottes à la réglisse

Créé par le 07 mar 2007 | Dans : desserts

Mon « petit »frère et son amie ont partagé notre soirée de samedi. Ils savent apprécier les bonnes choses (l’épicurisme, c’est génétique?). Pour clôturer le repas, je me suis laissée tenter par la recette d’un calendrier qui me faisait de l’oeil  depuis un certain temps chaque fois que j’entrais au secrétariat de l’école.

Il s’agit d’une recette de Christophe Thomaes, chef pâtissier au restaurant du Château du Mylord  (http://www.mylord.be/).

Parfait à la vanille et sa compote de griottes à la réglisse

s4100022.jpgparfaitvanille2.jpg

Ingrédients pour 6 parfaits:

  • pour le caramel fondant: 75 g de sucre semoule, 100 d de crème fraîche, 1 feuille de gélatine
  • pour le biscuit croustillant de cacahuète: 50 g de chocolat au lait, 50 g de beurre de cacahuète, 50 g de brisures de crêpes dentelles
  • pour le parfait glacé à la vanille: 3 jaunes d’oeufs, 100 g de sucre glace, 375 g de crème fraîche, 2 bâtons de vanille
  • Pour la finition:300 g de griottes au sirop, 1/2 pot de confiture de griottes, réglisse en poudre, pâte feuilletée et 3 lacets réglisse (là j’ai « volé » l’idée super-originale de Chantal-Déclinaisons à la réglisse- http://assiettesduchef.canalblog.com/archives/2007/03/01/3897158.html)

  1. Préparation du caramel:ajouter un peu d’eau au sucre et le faire caraméliser. Dès que la couleur chaude du caramel est obtenue, déglacer avec la crème fraîche et incorporer la feuille de gélatine (préalablement trempée et essorée). Verser le caramel dans les moules et réserver au congélateur.
  2. Préparation du croustillant: faire fondre le chocolat, ajoutez le beurre de cacahuète et les crêpes dentelles brisées au doigt. Mélanger délicatement et étendre entre deux feuilles de papier sulfurisé. Mettre au frigo.
  3. Le parfait vanille:battre les jaunes et le sucre jusqu’à blanchissement. Fendre les bâtons de vanille et gratter les graines pour les incorporer à la crème fraîche. Monter la crème fermement t l’ajouter aux oeufs et sucre.
  4. Montage: Découper à l’emporte-pièce des disques de croustillant (2 par parfait) de la dimension de votre moule. En déposer un dans le fond et recouvrir d’une fine couche de crème vanille. Déposer le second cercle. Verser un peu de crème par dessus, compléter avec un palet fondant congelé et terminer par un couche de parfait. Mettre au congélateur.
  5. Cigarettes feuilletées: découper de fine bandes de pâte feuilletée et les entortiller-les. Mettre au four à 180°C. Tremper une extrémité dans du chocolat fondu.
  6. Finition: sur les assiettes, tirer un trait de confiture de griotte et quelques traits de caramel. Mélanger le reste de confiture aux griottes et saupoudrer de réglisse en poudre. Déposer les parfaits et garnir d’un serpentin de réglisse et d’une cigarette feuilletée.

 

parfaitvanille1.jpg

Créé par le 06 mar 2007 | Dans : blabla

Bonjour!

Un petit mot pour vous expliquer le pourquoi de ce blog.

Voilà quelques temps déjà que je me promène sur la sphère des blogs de cuisine. que je medis: »J’y vais? J’y vais pas? ». Et bien voilà, je me lance. C’est un peu grâce à Mamina à son jeu « le sucré s’invite chez le salé » (http://maminaclaude.canalblog.com/archives/2007/02/28/4148383.html)que j’ai fait mes premiers pas dans le monde des blogeurs et blogueuses.

Ceci dit, que pourrais-je bien ajouter à ce que je vous ai déjà dit? Le temps, que j’aimerais tant pouvoir prendre, file, file, file,… Ah ces profs! Jamais contents! Mais vous y arriveriez, vous, à glisser quelques mots sur un blog entre deux heures de cours? Mettre à profit cette bonne vieille heure « de fourche », voilà une idée! En tant que prof de FLE et d’alphabétisation, je vais donc vous parler d’une de mes marottes, une de mes petites folies en quelques sortes, un truc que j’aime bien, un de mes dadas. Saviez-vous que la marotte était l’attribut des fous : un bâton au bout duquel est une petite figure ridicule, bizarrement coiffée et ornée de grelots. ? Nous sommes tous fous (pas nécessairement d’un roi!) par quelque côté, et si nous n’avons pas une marotte à la main, nous l’avons tous un peu plus ou un peu moins dans la tête. A sa marotte, on reconnaît un fou ; à cette fantaisie persistante et si souvent déraisonnable, on reconnaît notre grain de folie.

Donc, une de mes marottes est la langue, le langage quel qu’il soit: écrit, oral, musical, des fleurs; jouer avec les mots, les sonorités, le sens, les sous -entendus,… En un mot, la communication sous toutes ses formes.

Et justement, ce que j’aime par dessus tout à Liège, ce sont les mots. Ces mots qui, dans la bouche d’un liégeois, n’ont pas le même sens qu’ailleurs. Haro! Tollé! rébellion des puristes! J’entends déjà des voix s’élever vers notre bon Monsieur Grevisse ou appelant à la rescousse notre si renommé Littré. Qu’importe, je persiste et je signe: prof de français, oui, maisen aucun cas renégat de ce qui fait mes racines et de ce que j’aime.

Allez donc!! Que les bonbons deviennent des « chiques », ils n’en sont que meilleurs et je ne peux que m’émerveiller devant leurs formes et leurs couleurs, leurs emballages, leur composition (! mieux vaut ne pas trop y regarder) . Que les chewing-gum soient des « tchiklètes »: quand on en fait de grosses boules qui explosent! 

A-t-on idée de manger du fromage de tête? Le rapport entre la tête et le fromage? Ici, on mange de la « tête pressée », bien plus logique non?   Et boire une bonne soupe dans une « assiette profonde », « ça goutte » tellement mieux que dans une creuse! 

 Que les chaussons (aux pommes) se métamorphosent en « gosettes » : si bonnes que le jus vous coule entre les doigts dès que vous plonger les dents dans leur pâte dorée à souhait! Et que les gâteaux deviennent des « wastê »; les gaufres, des « wafes »; l’omelette, une « vôte »; le boudin, « del tripe »! c’est ça le nec plus ultra! Clin doeil

 Ici, tout est empreint d’une saveur si particulière et pas seulement en ce qui concerne le vocabulaire gastronomique. Les lieux, les monuments, les rues, les fêtes, … tout est prétexte à un mot bien de chez nous. Ainsi, la gare, ce sont « les Guillemins »; l’hôpital, c’est « la Citadelle »; l’université c’est « le Sart Tilman », le marché du dimanche c’est « la Batte ». 

 dans blabla liege_la_batteLa Batte! A voir, à sentir, à humer, à arpenter, à goûter,  à  regarder, à toucher, à écouter, à se laisser apprivoiser? Le plus grand marché d’Europe qui, tous les dimanches matin, garnit de mille échoppes plus de trois kilomètres de quai le long de la Meuse.

 

 

 

Ici, quand quelque chose paraît difficile ou bien étonnant, on dit :   »oufti « !160_oufti1 dans blablaTout le monde comprend. On comprend si bien que cela est devenu une véritable ponctuation du parler liégeois, on l’utilise à toutes les sauces (nous sommes bien dans un blog traitant de cuisine non!).

Vous  en savez un peu plus déjà mais il faudra aussi que je vous parle du sujet de ce blog: la gastronomie… un bien grand mot pour des élucubrations (encore!) culinaires d’un prof un peu gourmande, gourmet aussi…

A bientôt donc. 

Saint-Jacques le dimanche….

Créé par le 05 mar 2007 | Dans : coquillages et crustacés, potages

Dimanche? 

Faire ce qu’on a envie de faire, quand on a envie de le faire, et même si c’est ne rien faire?

 Pourquoi ne pas fouiller dans les paniers du surgélateur pour re-découvrir des choses que j’arrive parfois à y cacher si bien que je les y oublie. Ce matin, après un bon café chocolaté, un petit croissant et un plein de vitamines oranges sanguines, je devais avoir sans doute assez d’énergie pour retrouver dans le tiroir « MER et RIVIERE », emballées comme un petit paquet cadeau qui ne demande qu’à être ouvert, quelques noix de Saint-Jacques!Aujourd’hui, nous ne sommes que nous deux et elles montrent le bout de leur nez à point nommé. 

Envie de quelque chose de chaud, de réconfortant, de doux…

CAPPUCCINO DE COQUILLES SAINT-JACQUES

 Ingrédients(pour 4 personnes): c’est qu’il est gourmet parfois, gourmand aussi quand il s’agit de Saint-Jacques mon Mamour emoticone

  • mes 16 noix de SJ (sans corail)  
  • 3 tomates (il y en a toujours dans le bac du frigo même sice n’est pas la saison) 
  • 1 pomme (« Jonagold ») qui ne tente plus personne 
  • 2 l de bouillon de poisson (il m’en restait du « fait maison » ? quelle caverne d’ali baba ce surgel!) 
  • 2.5 dl crème culinaire  
  • 2 dl crème à fouetter 
  • 1 belle échalote 
  • poudre de curry 
  • une trentaine de feuilles de coriandre fraîche (j’adore!) 
  • sel  
  • poivre de Cayenne 
  • 2 c de farine 

   Commencez par sécher les noix de SJ et les couper en cubes. Le plus long sans doute: émonder les tomates, les épépiner et les couper, elles aussi en dés. 

L’oignon finement émincé est doré dans un peu de matière grasse (moi, j’apprécie une bonne huile d’olive). Quand il commence à devenir transparent, j’y ajoute ma pomme coupée en petits dés. Il ne faut pas faire brunir l’oignon, juste le dorer (non seulement pour le goût, mais surtout pour la couleur qu’il risquerait, me semble-t-il, de donner au final). A ce moment, j’y ajoute mon curry en poudre et ma farine en mélangeant bien de manière à obtenir un mélange homogène. Je mouille cette base avec mon bouillon de poisson et, sans arrêter de remuer, je mène le tout à ébullition à feu moyen. 

Il faut alors ajouter le sel et le poivre de Cayenne (à votre goût) et laisser mijoter à feu doux 10 bonnes minutes. Retirer du feu, ajouter la crème, bien mélanger et laisser cuire encore quelques minutes (pas de grosse ébullition). Passez au mixer et puis au tamis.  Ajouter les feuilles de coriandre hachées (en réserver quelques-unes pour la déco).  Prélever 2dl au moins de ce potage afin d’y cuire les noix de SJ (!!!! Ne pas faire bouillir, les noix durciraient). 

Mettre dans le fond de la tasse un petite louche de noix avec leur jus, une bonne cuillère à soupe de dés de tomate froids. Compléter avec le potage bien chaud, recouvrir d’un bonne couche de crème fraîche battue en chantilly. Saupoudrez d’un soupçon de curry et garnir d’une feuille de coriandre. 

  Le chaud, le froid;  le doux, l’épicé …

   s41000131.jpg

BON APPETIT…

mais qui c’est ça donc dis nous dis donc…

Créé par le 05 mar 2007 | Dans : blabla

Qui je suis? C’est vrai … tout compte fait … qui suis-je? Entre l’être et le ne pas être, tant d’autres que moi ont tergiversé entre ces deux frontières et je ne vais pas tomber, moi aussi, dans ce type de polémique égocentronombrilitarabiscotée. 

Lire la suite »

1234

Cuisine |
cookette |
Mes Créations |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Popotte entre Potes
| Vers une nouvelle AMAP à Pa...
| DuBruitDansLaCuisine -Opus I